Les influenceurs crypto ciblés par les agents du gouvernement français

Besoin d'améliorer votre visibilité?

Votre site internet ne décolle pas, ou vous souhaitez obtenir des conseils d'optimisation, notre expert vous répond gratuitement du lundi au samedi et de 9h à 19h:

Envoyer un message

Le gouvernement français a mis en place un nouveau groupe de travail visant à cibler et à lutter contre la montée en puissance des influenceurs qui cherchent à capitaliser sur leur public grâce à des parrainages promotionnels rémunérés de sociétés de cryptographie.

Installé au sein du Ministère de l’économie (responsable de la politique économique française) – le groupe de travail existera comme une équipe d’enquête intra-départementale composée d’agents de L’Autorité des Marchés Financiers (AMF – l’Observatoire des finances), la Direction Générale de la concurrence, de la Consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF – le chien de garde de la concurrence, des consommateurs et de la lutte contre la fraude).

Un porte-parole de l’AMF n’a pas tardé à souligner exactement pourquoi le chien de garde a envoyé des agents pour contribuer à enquêter sur le crypto shilling et les escroqueries – et un mot l’a rapidement résumé : les influenceurs.

« Les réseaux sociaux et les influenceurs sont le nouveau point d’entrée qui est apparu ces dernières années », a confirmé le porte-parole de l’AMF.

« Ainsi, c’est un public plus jeune, issu d’un milieu plus modeste que la cible traditionnelle des escroqueries à l’investissement qui est désormais touché, notamment dans le domaine du trading.

« Les influenceurs font souvent la promotion de crypto-monnaies et de produits financiers très volatils, et il devient très difficile pour les nouveaux arrivants d’anticiper les fluctuations. »

L’administration Macron change de tactique sur les influenceurs

En effet, l’administration Macron a eu des relations difficiles avec les influenceurs des médias sociaux dans le passé – en particulier en ce qui concerne la gouvernance des espaces numériques – il est donc intéressant de voir un effort ciblé des autorités pour commencer une enquête active sur les opportunités de promotion en ligne.

Lors d’un incident il y a quelques semaines à peine, des images de Marlene Schiappa (ministre de la Citoyenneté) sont apparues aux côtés d’un groupe d’influenceurs français de premier plan – dansant joyeusement sans masque et sans distance lors d’une réunion censée être consacrée à la sensibilisation aux droits des femmes.

Mais le groupe de travail pourrait également être connecté en partie en raison de la richesse sans entrave accumulée par les influenceurs français, leurs revenus étant soumis à une taxe sur les services numériques de 3 % (introduite en 2019). Comparée aux taux élevés d’imposition des particuliers généralement associés à la nation (environ 30%), la différence a le potentiel de devenir une injustice flagrante dans une République fièrement fondée sur des notions de Egalite.

Les « finluenceurs » sont prévenus

De nombreux influenceurs sont devenus des « finluenceurs » (influenceurs financiers) – aspirés par des forfaits promotionnels rémunérés lucratifs – même de grands noms se sont impliqués, Kim Kardashian a promu le tapis « Ethereum MAX » qui l’a amenée sous le feu de la FCA britannique (Ethereum max est maintenant en baisse de 99,99%).

Et des milliers d’investisseurs de détail ont perdu de l’argent au milieu du battage médiatique en ligne entourant les pièces frauduleuses – telles que Squid Game – qui ont déployé les approbations d’influenceurs comme technique pour impliquer la crédibilité du projet – même en trompant des points de vente tels que la BBC pour qu’ils fournissent une couverture.

Dans un cas – cité comme source d’inspiration pour la création du nouveau groupe de travail, a été la poursuite réussie du mannequin Nabilla Benattia-Vergara, qui s’est soldée par une amende de 20 000 € à l’été pour le contenu promotionnel payant publié sur son histoire Snapchat au nom de un échange crypto miteux.

Avec de nombreux influenceurs coupables de leurs shills rémunérés cette année, tous les yeux seront rivés sur le groupe de travail pour voir l’efficacité de leurs efforts dans la lutte contre les escrocs et ouvrir la voie à une industrie plus légitimée avec de véritables protections de la vente au détail.

Lire la suite : Prédictions des experts en crypto pour 2022


Article traduis depuis:
Source link