Comment les muxponders optimisent votre infrastructure réseau

Besoin d'améliorer votre visibilité?

Votre site internet ne décolle pas, ou vous souhaitez obtenir des conseils d'optimisation, notre expert vous répond gratuitement du lundi au samedi et de 9h à 19h:

Envoyer un message

La quantité de données générées dans notre monde numérisé augmente à un rythme inimaginable. En effet, la société de stockage de données Seagate a estimé qu’environ 175 zettaoctets de données seront créés d’ici 2025. Ce chiffre est le résultat du développement technologique, sous forme de solutions cloud et d’intelligence artificielle, mais aussi de streaming vidéo et de réseaux sociaux. Pour prendre en charge ces applications exigeantes en bande passante, l’infrastructure réseau et fibre doit être constamment optimisée. Ici, Marcin Bala, PDG du spécialiste des réseaux de télécommunications Salumanus, explique comment les multipondeurs peuvent contribuer à maximiser la bande passante.

175 zettaoctets de données peuvent ne pas sembler étonnants pour les utilisateurs moyens des télécommunications, mais pour mettre les choses en perspective, le téléchargement de cette quantité de données nécessiterait 1,8 milliard d’utilisateurs. Plus de la moitié de ce nombre, 51 %, est stockée dans des centres de données, tandis que le reste se trouve sur des plateformes de cloud public. Alors, comment les fournisseurs de services et les entreprises peuvent-ils répondre à la demande croissante de transmission et de stockage de données ?

Exigences en matière d’infrastructures

Avec l’augmentation du volume de données, les opérateurs et les entreprises doivent trouver des solutions optimales pour mettre à niveau leur infrastructure réseau, tout en la rendant plus fiable en cas de panne de fibre et flexible pour répondre aux besoins des différents utilisateurs. Dans le même temps, les infrastructures modernes devront également se conformer aux normes environnementales, ce qui implique de maintenir la consommation d’énergie et les bruits aussi bas que possible.

Un autre aspect que les fournisseurs de services doivent prendre en compte lors de l’optimisation de leur infrastructure est le coût, en investissant dans des technologies compactes qui permettent d’économiser de l’espace rack et de réduire les coûts de location de salles de serveurs. Ceci est particulièrement important pour les opérateurs de centres de données qui ont besoin de stocker de grandes quantités de données dans un environnement limité.

Les entreprises doivent également tenir compte de la facilité de maintenance et de gestion et de l’évolutivité de leurs solutions, qui ont un impact significatif sur leur capacité à activer de nouveaux services en utilisant le personnel technique existant. La technologie WDM pourrait être la réponse à tous ces défis.

WDM pour le multiplexage

Le multiplexage par répartition en longueur d’onde (WDM) permet aux fournisseurs d’agréger plusieurs services sur la même fibre sans avoir à payer pour des fibres supplémentaires. Il fonctionne en prenant plusieurs signaux d’entrée et en les combinant ou en les multiplexant ensemble sur une seule sortie de ligne commune. À l’autre extrémité de la fibre, les flux sont à nouveau séparés dans différents canaux, un processus appelé démultiplexage.

Cette technologie utilise des modules passifs qui ne nécessitent aucune alimentation et occupent peu d’espace, ce qui les rend idéaux pour les infrastructures de réseau modernes et l’interconnectivité verte des centres de données.

Les solutions WDM peuvent être le multiplexage par répartition en longueur d’onde grossière (CWDM) ou le multiplexage par répartition en longueur d’onde dense (DWDM).

Avec le CWDM, les données sont transmises via des fibres optiques, chaque signal étant envoyé sur sa propre longueur d’onde. Un maximum de 18 canaux de services différents peuvent être transmis sur une fibre optique et jusqu’à 14 Gbit/s peuvent être transférés par longueur d’onde sur une distance de 80 km. En raison de la grande distance entre la longueur d’onde centrale et chaque canal, de 20 nanomètres, le CWDM ne peut pas être amplifié. Pour les centres de données, cela signifie que les données ne peuvent pas parcourir de longues distances et qu’un nombre limité de canaux fonctionnera sur 40 kilomètres.

D’un autre côté, DWDM est une option plus accessible pour les entreprises qui souhaitent évoluer. Jusqu’à 96 canaux peuvent être transmis sur une seule fibre avec une capacité de débit allant jusqu’à 200 Gbit/s par port (ou 64 canaux, chacun avec un débit de 400 Gbit/s), augmentant ainsi considérablement la capacité de la fibre. Contrairement au CWDM, les connexions DWDM peuvent être amplifiées à l’aide d’un amplificateur optique, et peuvent donc être utilisées pour transmettre des données à une distance beaucoup plus longue, voire quelques milliers de kilomètres.

La technologie DWDM est une solution plus appropriée pour le transport de données de grande capacité et la connectivité sur de longues distances et elle est utile pour les centres de données densément peuplés, en particulier les fournisseurs de services cloud hyperscale.

Le rôle des multiplexeurs

La technique WDM permet aux entreprises et aux fournisseurs de services d’augmenter considérablement la capacité potentielle d’une seule fibre. S’ils attribuent une longueur d’onde dédiée à chacun de leurs services, qu’il s’agisse d’une transmission fibre Channel, Ethernet, SDH ou OTN, puis la multiplexent, ils peuvent envoyer un grand nombre de flux de données sur la même fibre. Cependant, ils doivent se rappeler que différents services nécessitent des spectres optiques différents.

Aujourd’hui, les solutions DWDM les plus utilisées sont basées sur des grilles 100 GHz ou 50 GHz. Le nombre de canaux disponibles dans de tels systèmes a été spécifié par les Recommandations UIT-T. Ainsi, que faut-il faire pour ne pas gaspiller un canal optique pour des services uniques qui nécessitent 10 Gbps ?

L’aide se présente sous la forme de la technologie muxponder qui vous permet d’agréger un grand nombre de services sur une seule longueur d’onde. Par exemple, le multiplexeur PL-4000M de PacketLight Networks proposé par Salumanus offre une capacité de 400G sur une seule longueur d’onde dans un châssis 1U, en utilisant des modules CFP2-DCO enfichables 400G pour des applications métropolitaines et longue distance cohérentes. Il peut prendre en charge les applications haut débit avec Ethernet 25/100/400Gb et fibre optique 16/32G.

L’utilisation de multipondeurs réduira le nombre de transpondeurs et de modules de ligne optique, tels que les CFP, les amplificateurs et les filtres passifs et réduira à son tour les coûts associés à ceux-ci. Étant donné que chaque port peut être utilisé pour plusieurs types de services, les coûts de gestion et CAPEX du réseau de transport optique seront encore réduits.

Les multiplexeurs sont également disponibles dans des tailles compactes, réduisant ainsi l’espace de rack nécessaire, et ils ont une faible consommation d’énergie. Le PL-400M ne mesure que 45 mm (H) x 440 mm (L) x 400 mm (P) et ne pèse que 13 kilogrammes. En plus de cela, les muxponders de PacketLight Networks sont équipés d’un cryptage de couche 1 par liaison montante pour un transport de données hautement sécurisé.

Alors que la transmission de données se développe à un rythme sans précédent, les fournisseurs de services doivent optimiser leur infrastructure pour améliorer leur offre à leurs clients. La technologie WDM est la clé pour le faire de manière efficace et évolutive. Cependant, pour tirer le meilleur parti de leur investissement dans l’infrastructure, les fournisseurs et les entreprises peuvent utiliser des multipondeurs pour des avantages supplémentaires. Non seulement ces produits contribueront à réduire considérablement les coûts, mais ils offriront également une sécurité accrue et une gestion efficace.

Marcin Bala, PDG, Salumanus


Article traduis depuis:
Source link